Ifanihy : Son “vazo miteny” continue d’inspirer les jeunes Musique

Dès qu’on dit « vazo miteny », chanson à texte, immanquablement, l’on pense à ce « Zokilahy » connu sous le nom d’Ifanihy. En pleine tournée dans plusieurs villes de Madagascar, il a accepté de poser un instant sa guitare et nous a raconté un peu de son parcours musical.


Le roi du « vazo miteny »

Harison Roland RANDRIAMANATSOA fait partie de cette génération folksong des années ‘80. C’est, d’ailleurs, en 1980 qu’il a créé son groupe « Ifanihy », mais à cette époque, on ne parlait pas encore de « vazo miteny ». Ce concept, Roland l’a inventé en 1985. « Le « vazo miteny », c’est une chanson chantée par une seule personne, accompagnée par une seule guitare, mais surtout, avec des paroles percutantes. C’est moi qui l’ai inventé », souligne t-il. Et sa première chanson à texte est sortie en 1986. Ainsi, depuis, « Ifanihy » livre à ses fans des chansons, perçues comme rigolotes, au premier abord, mais renferment des messages beaucoup plus sérieux et spirituels, lorsque l’on y réfléchit. Pour ce faire, il n’a que sa guitare pour l’accompagner, un instrument de musique qu’il a appris à apprivoiser dans les années ’70.

Chouchou de toutes les générations

C’est après avoir appris la guitare que Roland a décidé de chanter. « L’idée m’est venu comme ça », commente t-il, et il a choisi comme nom de scène : « Ifanihy », qui signifie « chauve-souris ». Ce choix de pseudonyme reflète déjà, sans nul doute, la personnalité pince-sans-rire du chanteur. « J’adore rire et faire rire. C’est le secret de la longévité, explique Roland. J’aime aussi avoir des amis plus jeunes que moi. Cela cultive la jeunesse de l’esprit ». Et en effet, Roland est resté toujours jeune dans sa tête, ses expressions et sa musique. La preuve : il continue de séduire chaque génération, ses chansons résonnent toujours dans les karaokés et à chaque fois qu’une bande de jeune chantonne autour d’une guitare.

Brassens à la malgache

A part ses propres créations, Ifanihy s’amuse aussi à traduire les chansons de Georges Brassens. « Je trouve que nous avons un peu les mêmes inspirations pour l’écriture des textes et la manière de montrer nos créations. Mais je suis meilleur que lui en ce qui concerne la guitare », affirme Roland en riant. Le plus connu, c’est sans doute « Ny foitran’ny vadin’ingahy pôlisy », traduit de « Le nombril des femmes d’agent ». A savoir qu’Ifanihy n’interprète pas les œuvres de Brassens à but lucratif, mais seulement dans un objectif de partage, un « zararevy », comme il dit. Ses propres œuvres sont, en revanche, disponibles sur 8 supports dont, « Ilesabotsy », « Ikala Dauphine » et « Eny Rahavako », sur cassette ; « Chant des Hauts-Plateaux », « Best of Ifanihy » et « Mitsingoloka », en CD audio ; Avy lavitra, en VCD et Kapila isainana, en DVD.

Actuellement, Ifanihy partage son talent dans « Vazomiteny tour », en donnant des concerts et des spectacles un peu partout dans Madagascar. « Je ne projette pas encore de sortir un album, révèle Roland. Ce qui me tient à cœur, pour le moment, c’est emmener « Vazomiteny tour » partout : Boeny, Vakinankaratra , Itasy , Iarivo, Vatovavy Fitovinany… ».

Réagissez sur Facebook !

Recevez notre newsletter, déjà 2500+ inscrits


Écrit par (107 articles)

Contributeur chez POPMUSE


  À découvrir en vidéo

Asampinga : Une danse traditionnelle oubliée, réveillée par les jeunes ASVA





Voir d'autres vidéos + 

ou abonnez-vous à notre chaine YouTube

   Partager
  Tweeter