mr sayda popmuse Musique

Un visage d’enfant de cœur, des paroles de chansons tantôt rigolotes, tantôt dérangeantes, Misié Sayda a plus d’un tour dans son petit chapeau. C’est un artiste qui étonnera plus d’un, non seulement de par son talent, mais aussi de par sa personnalité…


Des chansons à texte sous le rythme raggamuffin

MR Sayda ou Misié Sayda – les deux orthographes sont exactes – a débuté son carrière de chanteur en 2005. A cette époque, il n’était encore qu’un adolescent, élève des Jésuites. Les fêtes du collège sont pour lui les occasions de montrer ses créations artistiques. Mais comme beaucoup d’artistes, il a le sens artistique qui coule dans les veines. « Mon défunt grand père, Jean Fidèle RAZAFINTSALAMA, est poète écrivain, fondateur de l’UPEM. Il m’a beaucoup appris », se remémore Sayda. Il a également grandi dans une famille qui porte un grand intérêt pour la littérature ; notamment la littérature malgache. Cela a grandement influé sa personnalité et sa créativité. Plus tard, Sayda côtoient des amis passionnés de rap et de raggamuffin, « et le rapprochement était inévitable », commente-t-il. Ainsi, l’on associe généralement sa musique à la musique urbaine, et c’est vrai, dans la mesure où le rap et le raggamuffin, en tant que rythme, s’inscrivent dans cette catégorie. Cependant, souligne MR Sayda, « mon texte appartient plutôt au « vazo miteny », car je fais des chansons à texte ».

Un concert de levée de fonds

Des apparitions sur scène, Miandravola Rojotiana – d’où vient le MR– en fait quelques-uns. Pour ce vendredi 17 février, il chauffera la scène du « Le 27 Ampandrana », à partir de 20 heures, pour une cause purement caritative. En effet, les bénéfices de ce show sera entièrement versés aux œuvres des Paulin, un orphelinat des Sœurs Trinitaires de Valences, sis à Bel’Air Ampandrana. « Je suis un ancien élève des Soeurs de Bel’Air, explique Sayda. Elles m’ont proposé de faire une prestation en faveur des Paulin. En bon catholique, j’ai accepté, vu que je n’ai pas souvent l’occasion de faire des actions humanitaires concrètes ». Mais Bel’Air Ampandrana n’est pas seulement le lieu de son ancien école. Il y a aussi habité pendant 20 ans et il y est encore fortement attaché. « Mes premiers morceaux, mes premiers punchlines (phrase forte ou choc, dans certains domaines artistiques comme le rap – ndlr), sont nés dans ce quartier où mon Blaze (pseudonyme et signature dans l’art du grafitti – ndlr) figure encore sur certains murs et où tout le monde me connait… Je compte bien pour la soirée rencontrer mes amis d’enfance ainsi que mes riverains de l’époque sans oublier mon fidèle public », s’enthousiasme-t-il.

Un album en préparation

Misié Saydomara – car Sayda est le diminutif de Saydomara – promet une soirée digne de ce nom. Il sera sans doute accompagné par ses deux guitaristes Tsantatevez et Bob Santatra. La prestation durera environ une heure, ce qui permettra à son public de savourer une dizaine de morceaux bien connus tel que « Diso saropiaro », « Efa fantatrao », « Sipan’i Marim », « Ho namako ianao », « Mifameno izaho sy ianao »… en plus de quelques nouveaux morceaux issus de son nouvel album, qui sera bientôt dans les bacs.

Réagissez sur Facebook !

Recevez notre newsletter, déjà 2500+ inscrits


Écrit par (107 articles)

Contributeur chez POPMUSE


  À découvrir en vidéo

Asampinga : Une danse traditionnelle oubliée, réveillée par les jeunes ASVA





Voir d'autres vidéos + 

ou abonnez-vous à notre chaine YouTube

   Partager
  Tweeter