monika-njava M

Lieux de naissance :Morondava
Qualité(e) :Chanteuse
Genre musical :world pop
Site web :http://www.monikanjava.com


Enfance

Monika Njava a passé son enfance dans le sud-ouest de l’île de Madagascar, dans le port de Morondava. Elle grandit dans une famille de musiciens, parmi ses 14 frères et sœurs.

A 14 ans déjà, elle se produit avec ses frères.

A l’époque, ses influences ne se limitent pas à la musique traditionnelle des peuples Bara et Antandroy : Miriam Makeba passe à la radio et ses grands frères écoutent de la soul. Le chant puissant de Makeba, d’Aretha Franklin et de Tina Turner va profondément marquer Monika. “Ce sont les trois voix qui m’ont toujours  accompagnée”, dit-elle.

Une célébrité nationale

A 18 ans, elle se rend dans une plus grande ville, à Tuléar. Elle crée son propre groupe, se produit en ville et dans les villages avoisinants. Elle ouvre également un petit snack où se produisent des musiciens. L’endroit deviendra un véritable club, le Galeha Dance, dont on parle aujourd’hui encore à Tuléar.

Avec la sortie de sa chanson « Mausole », Monika devient une célébrité nationale. Ce tube, qui critique l’argent et le pouvoir des élites, sera interdit à la radio par le gouvernement. Ce qui n’empêche pas Monika de faire le tour de l’île. Elle devient la chanteuse malgache la plus connue et elle a la réputation d’être… une bête de scène. « Cette chanson a touché les gens. C’est à partir de là que j’ai pu partager l’émotion avec le public, » commente Monika.

Njava

En 1991, elle s’installe en Europe. A cinq frères et sœurs, ils forment le groupe Njava, avec Monika comme chanteuse principale. « Nous créons notre propre style musical », explique-t-elle, « et j’ai développé une identité particulière avec un timbre vocal inspiré des traditions Antandroy et Bara. »

Un grand changement se produit en 1992 lorsque Njava remporte le Prix Media de Radio France Internationale. S’ensuivent une tournée mondiale, de nombreux grands festivals (Womad, Transmusicale, Africa Festival ) et un contrat avec EMI Records. Le groupe sort deux superbes albums Vetse et Source.  Monika raconte, « j’ai eu l’occasion de rencontrer de grands artistes et j’ai eu l’immense bonheur de partager le scène avec une de mes idoles, Myriam Makeba. »

Disque de platine

A cette époque, Monika rejoint le groupe Deep Forest pour son album de platine Cumparsa (Sony Music) et la tournée internationale qui s’ensuit. Elle prête également sa voix aux bandes son de documentaires et de publicités (Toumaii, Skoda).

En 2003, Monika et sa sœur Lala, créent une fondation dans le but d’aider les femmes pauvres de leur village ancestral Vohipeno. Pour collecter des fonds, elles forment le groupe a capella Dames D’amour. Leur album, Partages, sort en 2005.

En plus de ces activités, Monika écrit et publie le Njava Cookbook. « C’est un hommage à ma mère », explique-t-elle. Les recettes, comme sa musique, mélangent tradition et autres influences.

Haizina

Haizina (Obscurité), le nouvel album de Monika qui sortira en 2012, marque son retour d’artiste en solo. Elle aborde, toujours sans concessions, la pauvreté, l’injustice et la corruption que son peuple subit.

Sa voix puissante et pleine d’émotion se mélange aux rythmes du sud de Madagascar et à la musique rock et soul qui ont baigné son enfance. Comme son titre le suggère, cet album est très personnel. « C’est la réalisation d’un rêve, » conclut Monika.

Réagissez sur Facebook !

Recevez notre newsletter, déjà 2500+ inscrits


Écrit par (313 articles)

Contributeur principal chez POPMUSE, résidant à Mada bien sûr, je suis sur Tanà actuellement. N'oubliez pas de me suivre sur facebook @popmuse.mg et twitter @popmuse_mg.


  À découvrir en vidéo

Asampinga : Une danse traditionnelle oubliée, réveillée par les jeunes ASVA





Voir d'autres vidéos + 

ou abonnez-vous à notre chaine YouTube

commentaires

  1. […] termes de genre, Monika Njava m’a appris l’importance d’inclure mon héritage malgache dans la musique que je […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

   Partager
  Tweeter