« Tovonay », le roman pour adolescent de Michèle RAKOTOSON, remanié et réédité Art & Culture

Les malgaches recommencent petit à petit à apprécier la lecture, a constaté Michèle RAKOTOSON. D’ailleurs, l’éminente auteure et journaliste vient de rééditer son roman qui s’intitule « Tovonay ». Cela entre dans le cadre d’une politique générale de rendre aux livres la place qui lui est due dans la culture malgache.


Un roman destiné aux adolescents

Le roman de Michèle RAKOTOSON, « Tovonay L’enfant du Sud » a été publié pour la première fois en 2010 par l’édition Sépia Paris. Il raconte le périple de Tovonay, un enfant du Sud de Madagascar, qui poussé par la misère, s’est mis en quête du bonheur dans la capitale. Destiné principalement aux jeunes, il a reçu le « prix Ravinala » en 2016, un prix octroyé par les élèves des écoles suivant le système éducatif français à Madagascar. Ce prix qui a été offert à l’auteure à Majunga l’a touché à un point tel qu’il lui est venu l’idée de rééditer le livre. « Tovonay » n’a pas seulement été réédité, le roman a été remanié et retravaillé, certains passages ont été réécrits pour le rendre encore meilleur. Ce roman de Michèle RAKOTOSON est ainsi devenu le livre locomotive de tout un projet qui s’appelle « Opération Bokiko ».

D’autres livres bientôt dans le bac

L’ « Opération Bokiko » se présente comme une collection dans une maison d’édition. Initié par le Synergie Nationale des Auteurs, Editeurs et Libraires de Madagascar (SYNAEL), le projet tend à « remettre de l’ordre dans le monde du livre à Madagascar », selon l’expression de Michèle RAKOTOSON. Ainsi, dans l’« Opération Bokiko », SYNAEL travaille avec des maisons d’éditions malgaches. La réédition de « Tovonay » est, par exemple, le fruit de leur collaboration avec la librairie Mixte. D’autres livres vont sortir, si l’on ne cite que celui de Sitraka RAFANOMEZANTSOA, un jeune auteur à découvrir ; ainsi que celui de Ragree, un poète de 60 ans, originaire du village royal d’Ambohimanga. Tout est fait à Madagascar, par les malgaches : correction, couverture du livre, maquette, édition… Le SYNAEL a créé tout une équipe, dans la perspective de professionnaliser la chaîne du livre.

Stratégie hors les murs 

L’ « Opération bokiko » a un autre grand objectif, c’est celui d’appuyer les jeunes auteurs malgaches, et il en existe beaucoup qui ont réellement une belle plume. Michèle RAKOTOSON prévoit, d’ailleurs, un atelier d’écriture pour tous ceux qui envisageraient de devenir écrivain. Dans la foulée, SYNAEL est en train d’élaborer une toute nouvelle tactique dans le but d’approcher encore plus les amateurs de livre. Etant donné que nombreux lecteurs ont peur à l’idée d’entrer dans une librairie, la synergie des auteurs appliqueront la stratégie « hors les murs », c’est-à-dire que des ventes et expositions en dehors des librairies seront régulièrement organisées. Le SYNAEL formera, en outre, des vendeurs ambulants, qui approcheront directement les potentiels lecteurs.

Une version malgache en préparation

Rappelons que Michèle RAKOTOSON est de retour au pays depuis 2009, après 30 ans passés en France. Connue pour être une écrivaine et dramaturge de talen, elle exerçait également le métier de professeur de lettres malgaches et de journaliste (RFI, RFO, France Culture). Elle a aussi été responsable des manifestations littéraires à la Radio France Internationale. Certains de ses œuvres ont obtenus des prix, tel « Dadabe », qui a reçu le Grand Prix de Madagascar décerné par l’ADELF ; ou encore « Juillet au pays », qui a obtenu les Grand Prix des Océans Indien et Pacifique en 2008. Quant au roman « Tovonay », sa traduction en langue malgache est en cours, pour les lecteurs malgachophones.

Réagissez sur Facebook !

Recevez notre newsletter, déjà 2500+ inscrits


Écrit par (107 articles)

Contributeur chez POPMUSE


  À découvrir en vidéo

Asampinga : Une danse traditionnelle oubliée, réveillée par les jeunes ASVA





Voir d'autres vidéos + 

ou abonnez-vous à notre chaine YouTube

   Partager
  Tweeter